« Coder c’est juste magique ! »

"Coder c'est juste magique !"

Avant-hier c’était la journée mondiale des développeurs. A cette occasion nous avons mis à l’honneur nos trois développeuses, Flora, Claire et Helen, qui font partie de la société depuis respectivement 3, 2 et 1 an.

Le moins que l’on puisse dire c’est que ces drôles de dames sont des passionnées. Elles trouvent qu’il y a toujours quelque chose à apprendre et de nouveaux défis à relever. Pour Flora, spécialisée sur les applis mobiles, « coder c’est juste magique ». Elles nous disent aussi que c’est un métier très gratifiant et que l’avantage est d’avoir toujours des projets très différents. Nous comprenons qu’elles n’ont pas le temps de s’ennuyer.

« Le web est un métier d’avenir » dit Flora, surtout dans sa partie d’application mobile. En effet, de plus en plus de sociétés sautent le pas de proposer leur propre application, un peu comme une extension de leurs services magasin à la maison. Grâce à ces applis mobiles et au téléphone portable, le client peut choisir la couleur de son papier peint ou commander chinois depuis son canapé à 23h30 un dimanche soir. C’est justement cela qui passionne nos 3 filles. « C’est facile de passer d’un domaine à l’autre » nous dit Helen.

« Des parcours atypiques et différents  »

Flora est passée par une licence en Lettres Modernes et par la validation d’un master pour devenir bibliothécaire, avant de se lancer dans un master DNR2I (Document Numérique en Réseau et Ingénierie de l’Internet) pour devenir développeuse. Helen a démarré avec une Licence de Biologie et un Master d’Imagerie Médicale, avant de valider un master DNR2I. Pour Claire le parcours fut également atypique, puisqu’avant de préparer sa Licence en Informatique (Option webmaster), elle a préparé une prépa Physique Science de l’Ingénieur.

« Dans ce métier on n’est jamais vraiment seuls »

Les filles se rejoignent sur ce point, il y a beaucoup d’interactions que ce soit avec le chef de projet, les graphistes, les clients. Il y a toujours un travail d’équipe, nous avons besoin les uns des autres. « Personnellement je suis seule à coder sur mes projets, mais je communique beaucoup » souligne Flora.

« Une petite anecdote sur vos pires ou meilleurs souvenirs de développeuse ? »

C’est important de se sentir reconnu dans son travail. Ce fut le cas un jour pour Flora, lors d’une réunion avec un client pour un projet d’application. Un collègue présent a souligné qu’elle faisait « vraiment de belles choses ». Helen a eu également ce sentiment le jour où on lui a confié un gros dossier de spécification fonctionnelle à rendre sur un projet interne. « C’est très gratifiant ! ».

En contact avec les clients au quotidien sur des projets, il y a des liens qui se créent et ce fut le cas pour Flora : « Dans un projet où je parlais beaucoup avec le client, un jour il a fini par me dire que je pouvais le tutoyer, car en échangeant ensemble tous les jours il avait le sentiment de vivre avec moi. »

Parfois il peut y avoir des situations gênantes sur le moment, mais qui font des bons souvenirs. Claire par exemple, dont le pc portable s’est soudainement mis à faire beaucoup de bruit lors de sa première réunion à Paris avec une grande marque nationale. Tout le monde s’est retourné et a vu son portable recouvert d’une multitude d’autocollants très fun et geek. Sur le moment « elle ne savait plus où se mettre » nous dit-elle.

Que conseillez-vous à tous les étudiants développeurs ?

Pour Flora il faut être passionné, curieux, tenace et créatif. Pour Claire et Helen il est nécessaire de s’accrocher et de ne pas avoir peur de faire du travail en plus chez soi. Comme il faut sans cesse se former aux nouvelles technologies, il faut s’accrocher, et pourquoi ne pas avoir des projets personnels pour progresser. « C’est un métier qui peut s’apprendre seul, il suffit d’être autodidacte, motivé, passionné » souligne Helen.

Leur mot de la fin : « Je s’appelle Groot » !

Alors, ne sont-elles pas de drôles de dames ?

Partager

8d491997276e310467137c21ec88620bqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqq